Archives du mot-clé lecture du corps

Le schéma corporel

Affiner, prendre conscience de son schéma corporel constitue la base même de la sophrologie.

human bodyNotre corps est le réceptacle de toutes nos émotions, à chaque instant nous vivons et agissons avec et à partir de lui.  Intégrer consciemment notre schéma corporel, se le réapproprier est le fondement de l’entrainement sophrologique afin de mieux se connaitre et de démarrer le travail sur l’objectif visé : gérer un stress, préparer un évènement, accompagner un processus de guérison, développer certaines capacités ….

Qu’est-ce que le schéma corporel [1]?

« La notion est complexe car elle réunit à la fois les dimensions physiques et sensorielles du corps et la représentation que l’on s’en fait, l’image de soi (proche in fine de l’estime de soi).
A la naissance, le schéma corporel n’existe qu’en tant que potentiel. C’est à partir des stimulations corporelles et sensorielles internes et externes qu’il se structure progressivement, jusqu’à la fin de l’adolescence.
Cependant, il est en perpétuelle évolution, jusqu’à la fin de la vie , en fonction des apprentissages ( par ex.: un geste professionnel) ou des désapprentissages (par ex.: si l’on cesse une activité corporelle). Les objets utilisés régulièrement deviennent, ou bout de quelque temps, des prolongements du schéma corporel : le stylo, la raquette de tennis, la voiture, etc.
La représentation que l’on a de son corps se structure également à partir de la naissance. Elle dépend de la façon dont nous sommes touchés (corporellement, avec affection ou pas), nommés ou qualifiés, aimés. L’estime de soi se forge en grande partie à partir de cette représentation, il s’agit donc d’un aspect psycho-affectif.
A. Caycedo, fondateur de la sophrologie, considère que le schéma corporel est à la base même de la conscience. Toutes les techniques de sophrologie commencent par une  lecture du corps, par des stimulations dont l’objectif est la prise de conscience des sensations-perceptions, afin d’amener le schéma corporel à plus de « réalité vécue ». Cela signifie qu’il s’agit de sentir son corps, non de se le représenter. Grâce à l’entraînement, à la répétition, le schéma corporel se structure de façon toujours plus précise. A partir de là, l’image de soi peut se modifier, s’améliorer et venir renforcer l’estime de soi. « 
 

Les 3 niveaux de perceptions physiques

Il existe différents types de perceptions corporelles que notre cerveau va cartographier au fur et à mesure de notre croissance et des expériences vécues tout au long de notre vie :

– les perceptions proprioceptives liées au mouvement : les muscles, les articulations, certains viscères,

– les perceptions intéroceptives liées à l’état interne de l’organisme : tissus du corps, tel que le degré de  contraction/relâchement des muscles lisses (majorité des viscères),

– les perceptions extéroceptives liées au monde extérieur à l’organisme : les cinq sens (toucher, odorat, goût, ouïe, vue)

 

« C’est dans le corps que j’éprouve pour moi-même, le sens le plus profond que chacun d’entre nous accorde spontanément au verbe exister« 

A.de Waelhens

__________________________________________________________________________

[1] R. Esposito, Sophrologie, « Lexique des concepts, techniques et champs d’application« , Elsevier Masson, 2010